Facebook

Challenge-Performances

NewsLetter

Blog

Vaincre le trac avant une prise de parole Vaincre le trac avant une prise de parole Le 29/10/2013

Boule au ventre, sueurs froides, emballement cardiaque... Les symptômes du stress apparaissent bien souvent à l'approche d'une prise de parole.

L'exercice est, reconnaissons-le, particulièrement glissant. Pas évident de parler en public quand l'essentiel de son travail se déroule face à son ordinateur. Pas facile, non plus, de supporter leregard des autres braqué sur vous pendant de longues minutes. Sans oublier le contenu, qui doit être à la hauteur des attentes.

Malgré tout, présentationsexposés et discoursconstituent souvent des figures imposées de la vie professionnelle. Alors, puisqu'il faut bien s'y coller, voici comment maîtriser votre trac et éviter qu'il vous paralyse.

Imaginer précisément la scène

Anticiper une présentation ne se résume pas à connaître son texte et ses slides. L'environnement est déterminant. "Au cours de la prise de parole, le cerveau compare ce qu'il a imaginé à ce qu'il voit, explique Philippe Grange, formateur et auteur de "Prise de parole en public". Le trac est proportionnel à cet écart." Pour éviter les mauvaises surprises, partez en quête d'un maximum d'informations à l'avance. Quel public ? Avec ou sans micro ? Quelle entrée en scène ? Après quel orateur ?

Rassembler tous ces détails permet à votre esprit de se projeter avec précision le jour J, de scénariser votre discours et, in fine, de limiter les angoisses inutiles. Si tout se déroule comme prévu, ce n'est plus du stress que vous ressentez, mais un certain plaisir.

Se préparer sérieusement à l'avance

Rien n'est plus stressant qu'un saut dans l'inconnu. "Certains clients se font une montagne de la prise de parole simplement parce qu'ils ne se sont jamais exercés, souligne Valérie Moissonnier, coach de dirigeants. Dans ce cas, nous travaillons en amont sur leur discours, nous envisageons les questions qui peuvent être posées..." A force de répétitions et de simulations, la maîtrise de l'exercice s'améliore. Et la confiance en soi revient.

Attention, cependant, à ne pas oublier l'essentiel. "Certains ont tendance à surinvestir le contenu de leur communication et oublient de travailler sur leur personne", regrette Philippe Grange. Maîtriser son discours est indispensable mais cela ne suffit pas.

Prendre conscience de son trac

Constat amer pour les grands angoissés : le stress est inégalement réparti entre nous. Certains sont terrorisés à l'idée d'ouvrir la bouche devant trois collègues quand d'autres assurent sans difficulté le show devant un public fourni. "Environ une personne sur deux ressent des difficultés à s'exprimer en public, estime Valérie Moissonnier. Il est important de bien connaître son niveau de trac, ne serait-ce que pour savoir d'où l'on part."

Avoir conscience de son stress, c'est le meilleur moyen de prendre les devants pour le maîtriser. Cela vous évitera de trop vous investir pour un exercice finalement aisé. Ou, plus embêtant, de vous effondrer après avoir fanfaronné.

Retrouvez la suite sur le JDN

Source : le JDN






RSS Blog RSS : Blog