Facebook

Challenge-Performances

NewsLetter

Blog

Orthographe : les pièges à éviter dans vos documents Orthographe : les pièges à éviter dans vos documents Le 10/01/2014

E-mails, courriers, rapports... Tous les jours, on se pose des questions quant à l'orthographe de tel ou tel mot. Comment s'accordent les verbes pronominaux ou encore les noms composés ? Quand faut-il mettre un trait d'union ou un accent ? Voici quelques règles orthographiques et leurs exceptions pour vous y retrouver.

Le pluriel des noms composés

Voici, dans le tableau ci-dessous, quelques règles concernant le pluriel des noms composés, qu'ils soient construits à partir de noms, adjectifs ou verbes. La mention (s) signale si l'une ou l'autre partie du mot composé s'accorde. En règle générale, seuls les noms et adjectifs acceptent un pluriel, à l'exception près de "grand", des mots invariables et des noms complément (lorsque le complément du nom est un autre nom juxtaposé au premier). Verbes et adverbes restent invariables.

Pluriel des noms composés
RègleExemple
Source : JDN
Nom(s) + nom(s) Un wagon-restaurant, des wagons-restaurants
Nom(s) + nom complément Un timbre-poste, des timbres-poste
Nom(s) + adjectif(s) Une belle-sœur, des belles-sœurs
Grand + nom féminin(s) Une grand-mère, des grand-mères
Verbe + nom(s) Un porte-clé, des porte-clés
Adverbe + nom(s) Un haut-parleur, des haut-parleurs
Verbe + mot invariable Un passe-partout, des passe-partout
Verbe + verbe Un savoir-vivre, des savoir-vivre
Proposition Un pince-sans-rire, des pince-sans-rire

Les mots et expressions invariables

Il existe certains mots qui, lorsqu'ils sont apposés derrière un autre nom ou font partie d'un mot composé, restent invariables. Il en va ainsi de phareculte, ou encore cible. Par exemple : des produits phare, des slogans culte, etc.

Au contraire, clé s'accorde lorsqu'il est employé en apposition ou dans un mot composé. Il prend alors un trait d'union ou non. Par exemple : des mots-clés, des postes clés...

Demi présente certaines particularités également. Il est ainsi invariable lorsqu'il est placé devant un nom et prend un trait d'union : deux demi-heure. Toutefois, après un nom, demi(e) prend le genre du nom auquel il se réfère et reste au singulier : deux heures et demie.

L'accord de "tout"

Lorsque tout précède un nom sans article, son accord est quelque peu délicat.

Utilisé en tant qu'adverbe, au sens "très", "entièrement", tout est invariable devant les noms masculins et les noms féminins commençant pour une voyelle ou un "h" muet. En revanche, il s'accorde en genre et en nombre devant les noms féminins commençant par une consonne ou un "h" aspiré. On écrira ainsi "elle était tout émue" mais "elles étaient toutes belles". Attention, le sens de la phrase importe. Si vous souhaitez dire que chacune d'entre elles était émue, vous écrirez "elles étaient toutes émues."

Quelques locutions formées avec "tout" à connaître
SingulierPluriel
Source : JDN
De tout temps À tous égards
À tout hasard En toutes lettres
À tout prix De toutes pièces
En toute hâte Toutes choses égales
De toute façon En tout cas

Les mots d'origine étrangère

Les mots empruntés aux langues étrangères et francisés s'accordent en général comme tout autre mot français. Gare à ne pas se tromper. Ainsi match, d'origine anglaise, devient au pluriel matchs et non matches (pluriel mais en anglais).

Scénario, d'origine italienne, s'écrit au pluriel scénarios. La forme scénarii est plus rare mais également possible. L'Académie française recommande la première solution.

Bref, si un mot d'origine étrangère est d'usage courant en français, il faut en franciser l'accord.

Les mots et expressions problématiques

Quelques, quelque, quel que...

Dans sa forme la plus courante, quelque(s) est un adjectif indéfini singulier ou pluriel qui désigne "un certain nombre de" ou "un petit nombre de". Par exemple : "Dire quelques mots", "Il y a quelque temps", etc.

Quelque, invariable, fait également office d'adverbe signifiant "environ" ou "à peu près". Devant un nombre, il a toujours fonction d'adverbe et ne s'accorde donc pas. Par exemple : "Il y a quelque cinq ans", "Les quelque quatre cents points de vente"... Cet adverbe est également employé dans le sens de "bien que" : "Quelque habiles qu'ils soient...".

A ne pas confondre avec quel que, en deux mots, le plus souvent employé devant le verbe être. Cette forme s'accorde en genre et en nombre avec le sujet :

 Quel que soit son avis...

 Quels que soient les aléas...

 Quelles que soient les réalités...

Quoi que, quoique

Quoique
 est une conjonction de subordination qui signifie "bien que" ou "encore que". Pour la reconnaître, il suffit de vérifier qu'on peut la remplacer par l'une de ces conjonctions. Elle sert à introduire une proposition subordonnée et disparaît avec cette dernière. "Quoique cernés par les troupes ennemies, ils continuèrent d'avancer" donnera par exemple "Ils étaient cernés par les troupes ennemis mais ils continuèrent d'avancer".

Quoi que est une locution pronominale qui signifie "quelle que soit la personne/la chose qui ou que...". Si la proposition est rendue indépendante, "quoi que" devra être remplacé par "quelque chose". Ainsi "Quoi qu'ils décident de faire, cela aura un impact sur l'organisation du service" donnera par exemple "Ils décident de faire quelque chose. Cela aura un impact sur l'organisation du service."

A l'attention de, à l'intention de...

Ces deux paronymes, souvent confondus, ont pourtant des sens très différents. Lorsqu'on souhaite adresse un courrier, un mail ou une note à une personne, on utilise la formule administrative à l'attention de, pour marquer que l'on attire l'attention du destinataire et que l'on requiert toute son attention.

A l'intention de signifie "en l'honneur de", "pour que la personne en bénéficie".

Etre gré ou savoir gré ?

Face à cette erreur fréquente, il faut rappeler que l'expression par laquelle on exprime sa reconnaissance est savoir gré (à quelqu'un) de quelque chose. De ce fait, on n'écrit pas "je vous serais gré" mais "je vous saurais gré".

Avoir affaire à...

On notera que "avoir affaire à quelqu'un" s'écrit toujours au singulier et n'a aucun rapport avec "avoir à faire" qui signifie simplement que l'on a des choses à faire.

Consonne double ou simple ?

Faut-il doubler une consonne dans un mot ou pas ? Cela dépend de ce que l'on souhaite dire. En effet, certains mots changent de sens dès que l'on double une consonne.

 Ainsi détonner concerne le ton et détoner se rapporte à une explosion.

 De son côté, l'adjectif prud'homal s'écrit avec un seul m tandis que le nom en prend deux : prud'hommes.


Les homophones

Certains mots ont la même prononciation mais une orthographe différente. Il existe une kyrielle d'homophones qu'il convient de maîtriser pour soigner son orthographe, tout autant que le sens de ses propos.

"Au temps pour moi" et "autant pour moi"

Si elles se prononcent de la même manière, ces deux expressions n'ont pas la même signification.

En effet, Au temps pour moi est issue du langage militaire où au temps ! s'emploie pour commander la reprise d'un mouvement depuis le début. Plus couramment, cette expression est employée lorsqu'une personne investie de l'autorité ou de la responsabilité affirme une chose à valeur collective, se rend compte de son erreur et la reconnaît. Par cette concession, elle va reconsidérer les choses en reprenant depuis le début.

Autant pour moi est relatif à une quantité : on demande la même chose pour soi-même.

Cession / session

Veillez à distinguer la cession, terme juridique qui vient du verbe "céder", desession qui définit une séance, une période.

Davantage / d'avantage

L'adverbe davantage s'écrit tout attaché et ne prend jamais de "s". Il ne doit pas être confondu avec le nom avantage, précédé de l'article "de" élidé.

Différent / différend / différant

Pour évoquer un malentendu ou un conflit, on parlera de différend alors que l'adjectif différent signifie dissemblable. On peut ajouter le participe présent du verbe différer - remettre à plus tard ou bien être différent - qui, à l'inverse de l'adjectif, ne s'accorde pas.

Empreint / emprunt

Empreint - qui signifie marqué de - est le participe passé du verbe empreindre et s'écrit donc avec la même orthographe. Il n'a aucun rapport avec le nom emprunt, synonyme de prêt et qui découle du verbe emprunter

For / fort

L'écriture de fort avec un -t à la fin est la plus courante : elle est valable pour le nom (un chateau) et l'adjectif (solide, résistant...). Dans l'expression "fort de...", on accordera en genre et en nombre avec le sujet auquel il se rapporte. Par exemple : "Forte de son expérience, elle mit très peu de temps à réaliser l'exercice." En revanche, dans l'expression "se faire fort de", fort est invariable.

For s'utilise uniquement dans l'expression "en son (mon) for intérieur".

Résonner / raisonner

Résonner
 concerne le bruit alors que raisonner tient de la réflexion.

Sain / saint / sein / seing

On différenciera l'adjectif sain - en bonne santé ("ils sont sains et saufs") - de son homophone finissant par un -t, synonyme de "vertueux" ou "sacré", du nom sein (la poitrine), utilisé dans les expressions ("au sein de" ou "en son sein") et de seing. Ce nom est un synonyme de signature peu usité mais que l'on retrouve dans les locutions "sous seing privé" (pour un acte qui n'est pas réalisé devant un officier public) et "blanc-seing" (feuille blanche signée donnée à une personne pour qu'elle la remplisse à sa guise - au figuré "donner carte blanche").

Sceptique / septique

On prendra garde à orthographier correctement l'adjectif sceptique, qui signifie "qui doute" ou bien le nom équivalent : "celui qui a des doutes". En effet, l'homonyme septique a une tout autre signification puisqu'il veut dire "qui produit l'infection, porteur de germes".

Sensé / censé

L'adjectif sensé, "qui a du sens", diffère de censé qui signifie "présumé" ou "supposé".

Tirer parti de / faire partie de

Ces deux expressions s'écrivent différemment car elles n'utilisent pas le même nom. Dans le premier cas, il s'agit d'un parti, au sens "regroupement de personnes ayant le même point de vue". On le retrouve également dans "prendre parti pour". Dans le deuxième cas, on utilise le nom féminin une partie (élément d'un ensemble). Il est également présent dans les expression "être juge et partie" et "prendre quelqu'un à partie".

Voir / voire

Si le verbe voir est couramment utilisé, il faut penser à ajouter un "e" lorsqu'on utilise la conjonction voire, qui sert à relier des groupes de mots avec une idée de gradation. "Le projet ne sera pas terminé avant septembre, voire octobre."

L'accord des verbes pronominaux

En règle générale, le participe passé conjugué avec le verbe être s'accorde en genre et en nombre avec le sujet. Sauf exceptions, il en va de même pour les verbes pronominaux, notamment lorsque le verbe a un sens passif ou bien qu'il n'existe pas sous une forme non pronominale. Par exemple : "Ces voitures se sont bien vendues" (forme passive), "Ils se sont lavés".

Les exceptions à la règle

Il existe deux cas dans lesquels les verbes pronominaux ne s'accordent pas :

1. Lorsqu'il y a un complément d'objet direct (COD). On considère alors qu'être est employé pour avoir. On applique alors les règles d'accord avec l'auxiliaire avoir, c'est-à-dire que le participe passé s'accorde en genre et en nombre avec le COD si ce dernier précède le verbe.

Exemples :

 "Ils se sont lavé les mains" (on peut se poser la question : "Ils ont lavé quoi ?).

 "Les logiciels qu'elle s'est achetés" (qu' est le COD et représente "les logiciels", le participe passé s'accorde avec le COD)

2. Lorsque le pronom réfléchi se est un complément d'objet indirect (COI) ou d'attribution. Par exemple : "Ils se sont plu" (on peut se poser la question : "Ils ont plu à qui ?"), ou encore "Elle s'est acheté des logiciels".


L'accord du participe passé après "avoir"

Le participe passé d'un verbe employé après avoirs'accorde en genre et en nombre avec le complément d'objet direct (COD) lorsque celui-ci est placé avant le verbe. Sinon, le participe passé reste invariable.

Exemples :

 La proposition commerciale que j'ai présentée...

 Ils ont omis une erreur.

 Quelle erreur as-tu commise ?

 Les quatre heures que j'ai passé dans la circulation. 
(Il n'y a pas d'accord ici car c'est un complément circonstanciel de temps sans préposition et non un COD)

Les exceptions avec des pronoms

Lorsque avoir est précédé du pronom l'le participe passé s'accorde uniquement si le pronom fait référence à "la" et n'est pas neutre. Par exemple : "Cette affaire, je l'ai gagnée." (l' fait ici référence à "cette affaire").

Par contre si c'est le pronom en qui précède l'auxiliaire avoir, en règle générale le participe passé ne s'accorde pas. Par exemple : "Des commerciaux, j'en ai embauché une trentaine cette année."

Cependant, si la phrase contient un COD avant le verbe, le participe passé s'accorde en genre et en nombre avec celui-ci. Par exemple : "Cette mission était vraiment difficile. Je n'oublierai pas les enseignements que j'en ai tirés." (Ici, c'estque qui fait office de COD").

Les adverbes de quantité

Lorsque le COD précédant le participe passé contient un adverbe de quantité, c'est le nom qui commande l'accord (sauf si le nom suit le participe).

Exemples :

 Combien d'imprimantes as-tu vendues ce matin ?
 Combien as-tu vendu d'imprimantes ce matin ?

Mots composés : tiret ou liaison ?

Pourquoi certains mots composés des préfixes pré, pro, co, multi, micro, ex... sont-ils parfois écrits avec un tiret et d'autres non ?

Une question de prononciation

Un mot composé contenant un préfixe doit être soudé sauf si cette soudure entraîne une mauvaise prononciation ou des difficultés à la lecture. On écrit ainsimicroéconomie mais micro-informatique (sinon on lirait "microinformatique"), ou encore agroalimentaire mais agro-industrie (et non pas agroindustrie).

Cependant, on observe que la plupart des mots qui commencent par le préfixe pro(pour) prennent un trait d'union, ceux qui emploient anti (contre) sont le plus souvent soudés, sauf lorsque la prononciation ne le permet pas. Pro forma (pour la forme) s'écrit quant à lui en deux mots car c'est du latin.

Les exceptions

Selon l'Académie française et la réforme orthographique ayant eu lieu en 1990, lorsqu'un mot composé contient deux mots savants, c'est-à-dire non autonomes et issus le plus souvent du latin ou du grec, les deux termes sont obligatoirement soudés. Par exemple : narcolepsie (Tendance irrésistible au sommeil survenant par accès. Du grec narkê signifiant "engourdissement" et lêpsis signifiant "attaque").

En outre, un mot composé avec un nom propre est écrit avec un trait d'union. Exemple : Ex-Yougoslavie.

Autre exception : le terme quasi. Lorsqu'il précède un nom, les deux mots sont liés par un trait d'union. Par exemple : quasi-cécité.

Les expressions

Lorsqu'une suite de mots est devenue une expression courante ou un nom composé, il faut mettre des traits d'union entre les mots. Exemples : Va-et-vient, non-dit...

Formation des adverbes

Petits rappels sur les règles de formations des adverbes et leurs exceptions.

Quand utiliser le féminin de l'adjectif

Les adverbes en -ment dérivent d'adjectifs et sont donc formés à partir de ces derniers. Lorsque ceux-ci se terminent par une consonne au masculin, on utilise le féminin pour créer l'adverbe.

 Lent, lente, lentement

 Grand, grande, grandement

 Copieux, copieuse, copieusement

Dans les autres cas, on se contente d'ajouter le suffixe -ment (faiblement, prétendument, joliment...).

Choisir entre -amment et -emment

Si à l'oreille, on entend parfois un a à la place d'un e dans les adverbes, l'orthographe peut se révéler différente. Il faut alors rechercher l'adjectif à partir duquel est formé l'adverbe. Les adjectifs en -ant formeront des adverbes en -amment alors que ceux en -ent feront des adverbes en -emment. Par exemple :

 Apparent donne apparemment

 Constant donne constamment

Les exceptions à la règle
AdjectifAdverbe
 
Bref, brève Brièvement
Gentil, gentille Gentiment
Traître Traîtreusement
Gai Gaiement ou gaîment
Aveugle Aveuglément (ajout d'un accent aigu pour certains adjectifs qui se terminent par -e)
Enorme Enormément
Précise Précisément
Assidu Assidûment (quelques adjectifs en -u prennent un accent circonflexe)
Cru Crûment
Indu Indûment


Retrouvez la suite de cet article sur le JDN

Source : le JDN
RSS Blog RSS : Blog
Mots clés : orthographe, accors, mots, Location bureau, louer bureau, location bureau zone franche, zone franche urbaine grenoble, ZFU grenoble, centre d'affaires grenoble, centre d'affaire grenoble, bureau grenoble zone franche