Facebook

Challenge-Performances

NewsLetter

Blog

Mettez le boxon pour doper votre inspiration au travailMettez le boxon pour doper votre inspiration au travail Le 09/04/2014

Selon des études universitaires récentes, un bureau bien rangé serait propice aux choix conventionnels et aux travaux d'exécution, tandis que le bazar stimulerait l'innovation et la créativité. Ceux qui rêvent d'un open space au carré vont détester.
Et si le foutoir qui règne sur notre bureau nous rendait, en fait, plus performant ? C'est ce que suggèrent les résultats d'une étude menée par la Carlson School of Management de l'université du Minnesota(1). Après bien d'autres enquêtes sur le sujet, elle nous donne une occasion supplémentaire de tordre le cou à l'impérieux «Range ta chambre» de notre enfance.

Cette fois-ci, les chercheurs ont observé 188 adultes, qui pensaient avoir été invités dans le laboratoire pour participer à des tests de consommateurs. Les cobayes ont été dispatchés dans deux pièces, l'une bien rangée et l'autre laissée en désordre. Puis on leur a remis un menu en leur demandant de choisir entre trois smoothies. Résultat : les personnes de la pièce en désordre ont été deux fois plus nombreuses à opter pour celui portant la mention «nouveau». A contrario, le cocktail de fruits étiqueté comme «classique» a été choisi deux fois plus souvent par les occupants de la pièce bien rangée. L'ordre pousserait donc à faire des choix conventionnels, tandis que le bazar favoriserait le goût de la nouveauté et de l'inconnu...

L'équipe de chercheurs a poussé l'expérience plus loin. Les cobayes se sont vu remettre des balles de ping-pong : si elles ne servaient pas à jouer au tennis de table, à quoi pourrait-on bien employer ces petites boules blanches et légères ? Une pièce montée, une soirée mousse avec des balles ? Une chose est certaine, on a des idées plus brillantes quand on est cerné de feuilles éparpillées et de bouquins entassés. Les résultats sont même bluffants : le taux de créativité des occupants de la pièce en désordre a été estimé supérieur de 28%, en moyenne, à celui de leurs collègues de la pièce bien rangée. Et le nombre de comportements jugés «très créatifs» est cinq fois supérieur à la normale chez les sujets environnés de bazar. Cessez donc de ranger votre bureau, vous bridez votre potentiel créatif !

Echelle du désordre. Comment expliquer dans ces conditions que l'open space - qui laisse si peu de marge de manœuvre au collaborateur pour personnaliser et «bordéliser» son espace de travail - soit devenu la rè­gle ? C'est que le désordre a une connotation morale négative. Un bordélique passe com­munément pour une personne brouillonne, désinvolte, inefficace, avec une tendance au laisser-aller. Au contraire, une étude a prouvé que les odeurs dégagées par les détergents ménagers suffisaient à inspirer confiance aux visiteurs d'un lieu, comme si elles étaient garan­tes d'une certaine éthique(2). Ce constat fait écho aux travaux de l'anthropologue Mary Douglas, qui a fait le lien, il y a une cinquantaine d'années, entre des espaces épurés et la justice morale(3). Pour départager les partisans de l'ordre et les foutraques, les chercheurs de l'université du Minnesota proposent d'ima­giner une échelle graduée. Comme celle de Richter pour les tremblements de terre, mais sur le thème du désordre.

Rangement pour les uns, chaos pour les autres. A chaque ac­tivité exercée au bureau correspondrait un degré approprié de désordre, en fonction du niveau d'inventivité exigé par la mission en ques­tion. Il faudrait donc ranger son bureau pour effectuer des tâches d'exécution, mais mettre le boxon quand on a besoin de sortir des sentiers battus pour produire des idées nouvelles. Alors, ne craignez plus de semer le chaos autour de vous : collez des affiches aux murs et des Post-it un peu partout, laissez traîner des vieux magazines, votre mug de thé ou des gobelets de café, éparpillez des objets personnels... A condition, toutefois, de penser à justifier ce désordre auprès de vos collègues : il vous rend plus productif !

Retrouvez l'article original sur Capital.fr

Source : Capital

RSS Blog RSS : Blog