Facebook

Challenge-Performances

NewsLetter

Blog

10 initiatives décalées pour mieux recruter10 initiatives décalées pour mieux recruter Le 26/10/2011

Pour attirer les talents, certaines entreprises n'hésitent pas à casser le traditionnel déroulé du recrutement. Adieu CV, entretiens et tests de personnalité... Voici comment certains recruteurs s'y prennent pour trouver la perle rare.

DCNS challenge les jeunes sur leur connaissance de la mer


Le constructeur de systèmes navals militaires a mis en place depuis 4 ans un jeu à destination des étudiants des grandes écoles, sur le thème de la mer : le trophée Poséidon. "A l'origine nous souhaitions faire connaître les métiers de haute technologie de notre entreprise, ouverte à la mer", explique Barbara Das-Neves, responsable du recrutement et des relations écoles. "Jusqu'à présent nous avons recruté beaucoup de cadres expérimentés et sur 2008 et 2009 nos objectifs sont d'environ 150 jeunes diplômés de grandes écoles par an."

Le jeu consiste en une série de quiz en ligne relatifs à la voile et aux métiers du groupe qui permettent aux participants d'accumuler des points pendant plusieurs mois, à raison d'un quiz par semaine. Un système de parrainage permet également de gagner des points et ainsi améliorer son score pour espérer passer les étapes successives. "L'année dernière, nous avons eu 5 000 participants issus de 60 écoles", mentionne Barbara Das-Neves.  

Les dix meilleures écoles sont ensuite sélectionnées pour participer à la finale, lors d'un week-end sur l'un des sites de DCNS, à Brest pour l'édition 2009. De plus, 10 autres étudiants ayant fait montre de motivation sont invités pour ce week-end de visites et de rencontres des professionnels de l'entreprise. "Nous recueillons également les CV des participants pour les transmettre à nos chargés de recrutement", précise Barbara Das-Neves.

 

A la clé du trophée, 3 partenariats d'un montant total de 25 000 euros pour financer la participation de l'école gagnante à la course Edhec et les meilleurs projets associatifs. "Récompenser des projets associatifs est important car la solidarité et l'esprit d'équipe font partie de nos valeurs", explique Barbara Das-Neves.

Un week-end dans la peau d'un créatif de TBWA

Même le plus attractif des prospectus de présentation ne remplacera jamais une expérience sur le terrain. C'est ce qu'a compris le groupe de communication TBWA France qui chaque année depuis 12 ans ouvre les portes de son agence à vingt étudiants. Le temps d'un week-end, les futurs collaborateurs potentiels se glissent dans le rôle d'un créatif et travaillent par petits groupes sur un projet de campagne media pour le compte d'un client du groupe.

Le cas est imaginaire mais réaliste. "La question aurait pu être l'objet d'un véritable appel d'offres", souligne l'agence. Depuis le lancement de l'opération, les étudiants ont ainsi pu plancher sur des sujets comme le lancement de la limonade alcoolisée Hooch, le développement de la fréquentation des agences France Telecom par les jeunes ou la communication autour de la certification pour Cisco System. L'objectif : mettre sur pied un plan de communication, media et hors media, grâce à l'aide des experts du groupe. "Il s'agit d'apporter une réponse à un regret réitéré par les étudiants en marketing-communication qui concerne la confusion autour des divers métiers de ce domaine", explique l'agence.

 

Mais c'est aussi l'occasion de repérer en conditions réelles les talents de demain. Les vingt candidats sont en effet triés sur le volet, via un questionnaire visant à mettre en valeur leur créativité et leur motivation pour ces métiers. Ensuite, lors du week-end, ils vont être amenés à laisser s'exprimer leurs talents mais également leur manière d'être en situation. Des informations que ne pourra jamais fournir le plus long des entretiens d'embauche.

 

Le week-end s'achève par la présentation des mini-projets devant un jury qui sélectionne le meilleur. Puis, plus concrètement, quelques uns des étudiants repérés se voient offrir un stage et, si tout va bien, un poste de chef de pub.

Un site mobile et une télé-réalité pour l'armée de terre


Le téléphone portable et plus particulièrement l'internet mobile sont rentrés dans le quotidien des moins de 25 ans. Forte de ce constat, l'armée de terre a décidé de jouer la carte de la modernité et de la proximité en créant son propre site de recrutement accessible par téléphone portable depuis le 21 mai. Les objectifs de recrutement de l'armée de terre pour 2008 sont de plus de 15 000 personnes, tous niveaux de qualification confondus.

 

Développé par Mobiljob, ce site mobile doit permettre aux internautes d'accéder aux offres d'emplois et d'y répondre en créant leur propre "mini CV" ou en envoyant leur candidature spontanée, qui sera directement réceptionnée par le Centre d'information et de recrutement des forces armées (Cirfa) le plus proche. Par ailleurs, les internautes mobiles pourront découvrir les conditions de recrutement et le statut des soldats (salaire, droits, avantages etc.) ou encore les coordonnées des organismes à contacter pour déposer sa candidature. Résultat, en 15 jours et grâce à une campagne publicitaire importante, le site avait enregistré près de 57 000 visiteurs uniques et plus de 200 000 pages vues. En septembre dernier, après disparition de l'effet publicité, environ 700 pages étaient lues chaque jour.    

 

Pour conquérir un public jeune, l'armée de terre a trouvé encore plus ludique : la télé-réalité. Elle a ainsi proposé à 6 jeunes de suivre un stage militaire de 5 jours dans la caserne du 152e régiment d'infanterie de Colmar... entièrement filmé. Au programme : bivouac, apprentissage du tir, découverte du pilotage d'engins blindés... Les images ont ensuite été montées en petites émissions qui seront diffusées très prochainement sur un site dédié, sous le titre "Mode immersion".

Sauvez la Terre avec le 'serious game' de Thales

Utiliser le langage de sa cible : le b-a ba de tout spécialiste du marketing, y compris lorsqu'il doit vendre une politique RH. Thales a mis cette logique au centre de sa campagne de communication recrutement en créant un véritable jeu vidéo de promotion de ses métiers et de ses technologies. Depuis octobre dernier, le 'serious game' Moonshield est en ligne. Les candidats potentiels que souhaite séduire le groupe sont majoritairement de jeunes diplômés passionnés de jeux vidéo. Pas question donc, pour Thales, de lésiner sur les moyens.

Le groupe a mandaté la société spécialisée dans les 'serious games' KTM pour concevoir un jeu capable d'attirer les joueurs aguerris, tant par le graphisme que par le scenario. Le scenario justement : la Terre est en danger, elle est menacée par l'astéroïde tueur "201P WILD" qui vient de réduire en poussière la planète Mars. Le joueur n'est ni plus ni moins que le directeur de la base lunaire d'où s'organise la défense . Et pour sauver la Terre, il faut bien entendu utiliser les technologies Thales.

 

Au-delà du jeu lui-même, plusieurs vidéos d'experts du groupe de défense ont été introduites pour présenter les produits et les métiers et donner aux joueurs l'envie d'utiliser leurs talents virtuels dans la vraie vie. Un millier de personnes se sont inscrites et 17 000 parties ont été jouées depuis le lancement du jeu il y a un mois et demi et ce, grâce à une campagne de communication online (teaser sur les sites de vidéo en ligne, présence sur les forums, publicité, e-mailing...) ainsi qu'auprès des écoles cibles. L'avantage de ce type d'opération est également d'être déclinable très facilement à l'international. Le jeu, en anglais, est ainsi promu dans tous les pays où le groupe souhaite recruter.

 

Si à chaque inscription, Thales récupère l'adresse mail du joueur, pas question de l'utiliser à tort et à travers. "Ce n'est pas un jeu de recrutement mais un jeu de notoriété, explique Marion Enderlein qui s'occupe du projet Moonshield du côté des RH de Thales. Nous voulons faire en sorte que, lorsqu'ils rechercheront du travail, les joueurs pensent à nous." Pas question donc de harceler les "gamers" pour qu'ils envoient leur CV : Moonshield doit avant tout rester un jeu.

H&M invite ses futurs managers à une "happy hour"


Pour créer la surprise, certaines entreprises n'hésitent pas à faire connaissance avec les candidats loin du cadre très formel des salles de réunion aux heures de bureau. A l'instar de l'enseigne de prêt-à-porter suédoise H&M qui a convié 200 candidats à des postes de manager de magasin à partager un verre après le travail dans l'un des trente points de vente de la région Ile-de-France. Leur mot d'ordre : "Venez pour un verre et revenez pour une carrière."

De 21 heures à minuit, des chargés de recrutement mais aussi des représentants de la direction et des managers opérationnels ont rencontré les candidats. Pour participer à la soirée, les personnes intéressées devaient s'inscrire sur le site Internet du groupe. Ce qu'ont finalement fait 700 candidats. Un tel événement ne peut fonctionner sans une large communication. Les magasins ont bien entendu été le premier support utilisé : affiches, flyers mais aussi vendeurs arborant des T-shirts aux couleurs de l'événement. Le tout accompagné d'une campagne publicitaire online et offline et d'une opération de marketing direct. Même les bars et restaurants les plus fréquentés par la cible ont été arrosés de cartes postales de promotion.

 

"Au final, nous avons signé 60 contrats de managers grâce à l'impact médiatique qui a généré un niveau record de candidatures", se réjouit l'enseigne. Pour autant, il n'est pas sûr qu'elle soit renouvelée cette année. L'important avec ce type d'actions est de savoir se renouveler. Car c'est encore l'effet de surprise qui donne les meilleurs résultats.

Des flyers dans le TGV pour Capgemini

Capgemini, société de conseil en informatique, est adepte des opérations de recrutement innovantes. Après une tentative sur Second Life, la SSII a opté en mai dernier pour la distribution de flyers dans le TGV. Plus de 48 000 cartes postales à l'image de Capgemini décrivant les profils recherchés ont été distribuées aux passagers de première classe des TGV reliant Paris aux principales grandes villes de l'Ouest. Sur les cartes, un numéro de téléphone était inscrit avec une incitation à postuler par SMS en province ou à Paris pour un poste de cadre, en tapant 1 pour une ville de l'Ouest ou 2 pour la capitale. Ils reçoivent ensuite une réponse sur leur mobile dans laquelle l'entreprise s'engage à les recontacter sous 8 jours.

L'entreprise compte recruter largement, en particulier sur les villes du grand Ouest où 350 postes sont à pourvoir en 2008. Avec cette opération, elle va ainsi directement à la rencontre des candidats potentiels de très haut niveau, ce qui complète un arsenal d'outils plus classiques comme l'organisation de portes ouvertes ou la participation à des salons. Accessoirement, l'initiative permet à Capgemini de faire du buzz dans les médias. "L'effet numéro un de l'opération a été d'améliorer la notoriété de l'entreprise", concède la SSII. La population ciblée, des cadres informatiques haut de gamme, étant difficile à capter car très demandée, le mode de recrutement doit attirer leur attention et les séduire. Selon la direction des ressources humaines de Capgemini Ouest, l'opération a contribuer à une augmentation de 20% du dépôt de CV. L'ensemble de la publicité générée par l'opération a permis au groupe de réaliser 10 recrutements très qualifiés, "notamment des profils que l'on n'aurait pas touchés autrement", précise-t-on chez Capgemini. 

Le jeu Ace Manager chez BNP Paribas

Petit dernier dans le monde des business games, BNP Paribas lance le très évolué Ace Manager, avec son interface en ligne. Ce "jeu d'aventure professionnel", comme l'appelle son concepteur, s'inspire de faits réels puisqu'il a été conçu avec l'aide de banquiers du groupe, afin de renforcer le réalisme de la mise en situation. En effet, Ace Manager consiste à se mettre dans la peau d'un banquier, en charge de trois défis : aider un fabriquant de raquettes de tennis à réaliser une acquisition, accompagner un jeune joueur dans la gestion de son patrimoine et aider une fédération de tennis à développer son tournoi. Trois missions représentant les métiers de la banque, de détail, de financement et d'investissement, auxquels les joueurs vont devoir se frotter. Le thème du tennis cher à l'entreprise sponsor de Roland-Garros, entre autres, est une fois de plus à l'honneur et permet de parler des métiers de la banque dans un univers jeune et sympathique.

Le jeu, intégralement en anglais, vise à attirer les étudiants des écoles et universités de 26 pays répartis sur 5 continents. Un choix éminemment stratégique puisque la banque est aujourd'hui l'un des premiers groupes bancaires du monde et que plus de 60 % de ses collaborateurs se trouvent hors de son marché d'origine. La BNP Paribas compte sur ce jeu pour renforcer sa notoriété auprès des universités et écoles dans le monde et ainsi dynamiser son recrutement. Au premier semestre 2008, ce sont 13 000 personnes qui ont rejoint le groupe.  

La finale se déroulera mi-avril 2009 et verra s'affronter 5 meilleures équipes (chacune d'entre elle comptant 4 étudiants), celles qui auront cumulé le plus de points.  "Cette finale se déroulera dans les locaux de BNP Paribas et les étudiants exposeront leur cas devant un jury composé de cadres dirigeants du groupe, une journaliste de la presse économique internationale et des professeurs d'écoles", précise-t-on chez BNP Paribas. Le meilleure équipe recevra 10 000 euros à se partager. Inscription à partir du  17 novembre et jeu en ligne entre le 4 février le 18 mars.




Lisez la suite sur http://www.journaldunet.com/management/ressources-humaines/dossier/10-initiatives-decalees-pour-mieux-recruter/logica-rencontre-ses-futurs-collaborateurs-autour-d-un-tournoi-de-foot.shtml



Source : JDN

RSS Blog RSS : Blog
Mots clés : cv, curriculum vitae, recrutement, recruter, trouver un travail, conseil pour trouver du travail, trouver un emploi, chercher un job, travailler,